Toutes En Moto en 2012 à Montalivet autour d'Anne Sixdeniers et Annie Yahi

Historique

Anne Sixdeniers

Le mot de ...

Anne Sixdeniers

Membre d’honneur
et co-fondatrice de Toutes en Moto

Et si…?
Et si… nous faisions une sortie moto pour célébrer la journée des droits des femmes ?
Et si… nous demandions à nos copines de se joindre à nous ?
Et si… nous demandions à d’autres femmes de se joindre à nous ?

Nous étions deux femmes, membres du même club moto, dans lequel il y avait plusieurs femmes pilotes comme nous deux.

Nous étions en Janvier 2010, et au cours d’une réunion amicale, discutant des sorties de l’année à venir, l’idée a germé d’organiser une balade moto entre filles, à l’occasion du 8 mars, pour affirmer notre féminité, notre féminisme et célébrer, à notre façon, cette journée dédiée aux femmes.

De fil en aiguille, notre projet est devenu plus ambitieux : réunir toutes les femmes motardes de la Capitale et défiler à travers Paris ! "Toutes En Moto" était née.

En à peine deux mois, avec le soutien et les conseils de la FFMC PPC, nous avons appris comment organiser un défilé : demander les autorisations (ah bon, on ne peut pas faire comme on veut ?), trouver le parcours (ah oui, on ne peut passer n’importe où), prendre une assurance (ça aussi c’est obligatoire ?), communiquer (euh, les affiches, on fait comment ? on cible qui ?).
A deux, avec de bons soutiens, de bons conseils, nous y sommes parvenues.

De nombreux bénévoles ont contribué à la réussite de notre premier défilé, le 7 mars 2010 : 250 motos et 400 participants ont traversé Paris, depuis l’Esplanade du Château de Vincennes jusqu’au Trocadéro.
Et après ce premier défilé, on fait quoi ? Eh bien on en prépare un autre pour l’année prochaine ! Et surtout on n’oublie pas que l’ADN de "Toutes En Moto" reste la défense des droits des femmes !

En 2011, Chantal Leca nous rejoint et organise un défilé à Marseille. Le succès se confirme : "Toutes En Moto" devient un événement national majeur de la moto au féminin en mobilisant à Paris 600 motos et plus d'un millier de personnes, à Marseille 500 motos et 700 personnes.
En 2012, deux nouvelles villes rejoignent le mouvement : Lille et Nantes !

Depuis, chaque année le succès se confirme. De nouvelles villes s’ouvrent, d’autres se ferment, ainsi va la vie d’une association.

Deux reproches nous sont régulièrement adressés :
Le premier concerne le nom de notre association.
Il est vrai qu'en français, on ne dit pas en moto....plutôt à.
Mais comment expliquer à ces académiciens en herbe, qui se sont découvert subitement une passion pour la langue française, à défaut d'une passion pour l'égalité des sexes, qu'être en moto évoque pour nous souvent bien plus qu'un simple moyen de transport, qu'il s'agit d'être en mouvement, certes, mais aussi en harmonie, en joie, en beauté, en femmes de son temps, en liberté, totale, parfois en colère, mais toujours en accord avec soi-même , en...tièrement!

Conduire une moto aujourd'hui pour une femme, cela va de pair avec une certaine façon de vivre, de penser et d'agir. Et ce sont ces femmes, un peu particulières, un peu hors normes, singulières qui choisissent de s'affirmer ainsi, en refusant de se laisser conduire, en prenant les choses en mains, à leur façon toute aussi singulière...en force ? Non, mais avec autant de douceur que de détermination et...indiscutablement.

Le second concerne la présence et la place des hommes dans nos défilés.
Il va de soi que les messieurs sont les bienvenus, car pour faire évoluer la société, réduire les inégalités salariales, permettre aux femmes une meilleure représentation en politique, ou encore partager les tâches ménagères de façon à permettre à leurs compagnes de concilier réussite professionnelle et épanouissement personnel, nous avons besoin d’eux et c'est ensemble que nous y parviendrons.
Certains nous taxent de féministes, avec en tête des sous-entendus réducteurs, mais célébrer la journée de la femme c'est afficher nos convictions féminines et expliquer que le féminisme ce n'est pas aider ses consœurs, mais se battre à armes égales avec les hommes, offrir aux femmes des choix, pas des garanties : la moto n'est-elle pas la meilleure traduction de ce message ?

Je suis fière de ce que l’association est devenue et je salue ici l’engagement de toutes les bénévoles qui se sont engagées à mes côtés.

Conduisons nos vies !

Annie Yahi

Le mot de ...

Annie Yahi

Membre d’honneur
et co-fondatrice de Toutes en Moto

Quand "Toutes en Moto" fut imaginée en 2009, l’idée était déjà de porter un regard bienveillant sur des femmes ordinaires capables de faire des choses étonnantes. Ces motardes audacieuses, courageuses, que rien ni personne n’arrêtait, méritaient le respect et l’attention. Une association est née dans un grand élan fédérateur. Constructeurs, grandes marques d’équipement, organisateurs d’évènements sportifs, tous nous ont emboité le pas et célèbrent aujourd’hui le 8 Mars à moto.
Mais le point central de "Toutes en Moto" reste la générosité, la solidarité, l’égalité et le respect dû à chacun, à chacune. Aussi, lorsque certaines de nos amies se sont vues confrontées à la maladie sans jamais renoncer à leur passion, quand au contraire, la pratique de la moto s’est révélée pour elles et leurs proches salvatrice, porteuse d’espoir, voire rédemptrice, il m’a semblé essentiel de se mobiliser à nouveau.

Chantal Leca

Le mot de ...

Chantal Leca

Présidente de Toutes en Moto

"Toutes en Moto" fut fondée en 2010 pour démontrer ô combien les femmes sont fortes et ô combien elles sont surprenantes. Alliant force et douceur, la Femme mérite respect et attention. La solidarité et la force qui découlent des défilés organisés lors de la journée des droits des femmes, le 8 mars, en est un beau témoignage.
C’est cette même force, ce même combat, cette même solidarité que nous voulons mettre en œuvre au sein de l’association Toutes en Moto, face aux difficultés de la vie, à la maladie, aux injustices, face à ces droits acquis qui restent toujours fragiles. Chacune d’entre nous peut être touchée, directement ou indirectement, mais on peut continuer à vivre passionnément la moto et c’est cette passion qui aide à combattre, à « conduire sa vie », ou à guérir selon les situations. C’est pour cela que nos marraines et causes défendues depuis quelques années sont Femmes Solidaires, Woman Safe, Fight for Dignity, qui œuvrent au quotidien contre les violences physiques et psychologiques faites aux femmes, et l’Institut Curie pour la lutte contre le cancer du sein. C’est une belle leçon de vie que de se sentir solidaires, et c’est le leitmotiv numéro 1 de "Toutes en Moto".

Sandrine Dufils

Le mot de ...

Sandrine Dufils

Vice-présidente
Relations Presse

En 2014 un ensemble de rencontres motardes a fait que j’ai été amenée à connaitre Annie Yahi via le photographe Alain Elorza. J’étais, après 25 ans de pratique de la moto en loisirs et en compétition vitesse, la dernière à être photographiée dans les 34 diptyques de ce photographe qui visaient à immortaliser des femmes sur leur moto et dans leur emploi de tous les jours. Cette rencontre avec Annie Yahi, co-fondatrice de "Toutes en Moto" m’a permis de connaitre Toutes en Moto, d’apporter mes compétences en matière d’événementiel, de connaissance du milieu moto et d’implication au niveau de causes mises en avant par l’association. En 2014, nous avons pu organiser un concert caritatif pour l’Institut Curie contre le cancer du sein. Vice-présidente depuis six ans, et en charge de relations presse, il m’est à cœur de défendre la place de la femme dans la société et son choix de vivre ses rêves d’émancipation ses passions, au guidon de son destrier et d’apporter notre contribution financière et nos actions de communicantes auprès d’autres associations de défense des droits des femmes. Et porter haut les couleurs de notre slogan « Conduisons nos vies. »